Contrats aidés : la ministre du travail doit tenir les engagements !

, par  Laidi BenHaddou

La FSU Guadeloupe tient à interpeller publiquement la ministre du travail actuellement en visite dans notre région sur la situation des contrats aidés. 450 emplois se trouvent à ne pas être reconduits à l’échelle de la Guadeloupe, ce qui signifie le chômage et la précarité pour 450 familles en cette fin d’année 2017. Certes, ces emplois sont loin d’être formidables, mais ils permettaient de faire fonctionner des services publics et donnaient les moyens de survivre à 450 familles.

Au mois de septembre, le gouvernement a affirmé que les outremers ne seraient pas impactés par les non- renouvellements de contrats aidés. Au mois d’octobre, les élus guadeloupéens, au premier rang desquels le député Serva, affirmaient que le problème des contrats aidés dans la région était résolu et que tous les contrats seraient reconduits.

Aujourd’hui, la FSU Guadeloupe constate que contrairement aux beaux discours devant les médias, les contrats aidés en fin de contrat ne sont pas renouvelés et vont grossir les rangs des chômeurs, qui représentent presque trois fois la moyenne nationale dans notre région.

La FSU Guadeloupe appelle la ministre du travail à prendre conscience des réalités locales. Les contrats aidés répondent à un besoin réel dans la région et ceux qui ne seront pas remplacés créeront des défaillances dans les services publics de l’archipel. Les contrats aidés permettent de maintenir un emploi et la survie de centaines de personnes.

Il faut agir vite, reconduire les contrats existants et les pérenniser. La FSU Guadeloupe soutient l’ensemble des contrats aidés et contribuera à toutes les actions nécessaires au maintien de ces emplois !

Pour la FSU Guadeloupe
Eddy Ségur
Secrétaire Général